Incontournables dans de nombreux processus de production, les salles propres sont soumises à des normes et réglementations de plus en plus exigeantes afin de lutter contre la contamination de leur environnement.

Qu'est-ce qu'une salle propre ?

C'est une pièce ou un ensemble de pièces totalement hermétique au monde extérieur dont l'environnement est entièrement maitrisé. L'introduction, la génération et la rétention de particules y est contrôlée tout comme la pression, l'humidité et la température ambiante. Ces caractéristiques sont définies et fixées par la norme ISO 14644-1 qui classifie les salles blanches selon leur nombre de particules par unité de volumes.


A quoi sert-elle ?

Aujourd'hui, la maîtrise d'un environnement et de sa contamination est devenue indispensable dans de nombreux domaines tels que l'agro-alimentaire, la micro-électronique ou les sciences de la vie.
Ainsi, l'industrie des hautes-technologies nécessite un cadre avec de hautes performances de dispersion électrostatique tandis que les fromageries doivent éliminer de leur atmosphère certains micro-organismes tout en laissant en prospérer d'autres utiles à la fabrication de leur produit.
Les exigences varient d'un produit à l'autre mais les systèmes de traitement de l'air ainsi que les structures (murs et portes) de la salle doivent généralement faire face à des températures basses et une forte hygrométrie.


L'importance des matériaux de construction

Les parois, cloisons et portes des salles propres doivent être de première qualité et offrir des performances en termes de longévité afin de répondre aux exigences des conditions d'atmosphère. L'entretien et la désinfection quotidienne les détériorant peu à peu, une classification des ambiances a été mise en place afin de déterminer quels types de matériaux sont nécessaires pour chaque situation. Ainsi, les cloisons allant jusqu'à Al 6 résistent aux « ambiances très agressives » : nettoyage à des températures ou ph élevés, hygrométrie saturée.

Proposé par GDA
Le 07/11/2014