Un an après le lancement du plan de transition énergétique de l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), la question de technologies favorables aux économies d'énergie se pose toujours.


Croissance économique et transition énergétique font bon ménage

Lors du conseil des ministres du 5 mars 2014, Cécile Duflot, ministre de l'égalité des territoires et du logement, et Philippe Martin, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie ont présenté un bilan positif du plan de rénovation énergétique de l'habitat. Dans l'optique d'une transition énergétique favorable à l'avenir environnemental, le plan de rénovation énergétique prévoit : la rénovation de 500.000 logements par an d'ici 2017, la diminution de 38% de la consommation d'énergie d'ici 2020 et la réduction d'émission de gaz à effet de serre.

Le plan de rénovation ne traite pas seulement d'enjeux environnementaux, il a une importance au niveau social : favoriser les rénovations permettrait de réduire la précarité énergétique des ménages, qui concerne environ 8 millions de français. Le chantier que représente ce plan nécessite des dizaines de milliers d'emplois supplémentaires d'après le gouvernement.

L'année dernière, l'Ademe a proposé un scénario qui permettrait de diminuer notre empreinte environnementale et notre consommation d'énergie d'ici 2050: l'amélioration de l'efficacité énergétique est indispensable. Afin de se projeter vers l'avenir, il est important de redéfinir le rapport de l'économie à l'énergie: Faire des économies d'énergie ne nécessite pas de diminuer le confort. Par ailleurs utiliser des énergies plus éco-responsables n'implique pas qu'elles soient plus chères. De plus, l'efficacité énergétique peut réellement relancer la croissance économique : l'augmentation des rénovations sollicite la création de nombreux emplois non délocalisables. Des métiers du bâtiment sont mis en avant par des associations pour l'efficacité énergétique (Ademe), ils favorisent les nouvelles technologies en matière de chauffage.

Un système de chauffage par plinthes très prometteur

Dans la perspective d'une transition énergétique, les nouvelles technologies favorables à l'environnement sont sollicitées. Se tourner vers des produits innovants, qui consomment et coûtent moins cher, semble indispensable pour maintenir la croissance économique malgré les contraintes environnementales. Les systèmes de chauffages innovants représentent un grand espoir : ils sont optimisés pour préserver la température à un niveau constant, sans trop consommer. Il existe des technologies, comme les plinthes chauffantes, qui présentent beaucoup d'avantages et répondent parfaitement aux attentes du gouvernement et des environnementalistes :

  • Les plinthes chauffantes diffusent la chaleur sur tous les murs. La chaleur se diffuse de manière homogène, donc ne se disperse pas.
  • Les plinthes maintiennent la chaleur à un niveau constant, un voile thermique ascendant se créé et empêche le froid d'entrer.
  • Elles permettent des économies d'énergie: la chaleur est répartie de façon égale le long des murs, l'air n'est pas surchauffé et s'élève jusqu'au plafond qu'il atteint à température ambiante. Aucune poche d'air chaud ne se créée au niveau du plafond, il n'y a pas d'air chaud gaspillé.
  • Elles assurent le confort: en position assise, le corps nécessite de la chaleur et la peau est plus sensible aux rayonnements froids des murs extérieurs. Même si aucune fenêtre n'est ouverte, l'air froid parvient à s'infiltrer par les murs ce qui fait chuter la température de confort. Elle se calcule en faisant la moyenne entre la température de la pièce et celle des murs environnants. Les murs font donc baisser cette moyenne avec l'air froid qui y circule : si les murs créent de la chaleur alors ils ne laissent pas passer l'air froid.

Les radiateurs plinthes permettent de maintenir la chaleur à un niveau constant, donc pas besoin de laisser le chauffage allumé en permanence. La chaleur stagne dans les murs et la pièce ne requiert pas de renouveler l'air chaud en permanence. Avec des chauffages traditionnels qui diffusent uniquement dans un court périmètre, un nouvel air chaud est créé constamment pour palier au manque de chaleur. Alors que, les plinthes chauffantes cessent de produire de la chaleur supplémentaire lorsque le mur est à bonne température : « l'énergie la moins chère est celle que l'on ne consomme pas. »


Proposé par Cimbat
Le 03/18/2014