L'incompatibilité de Cécile Duflot et Manuel Valls a contraint l'ancienne ministre à quitter le gouvernement. Sa fonction et ses objectifs de transition énergétique sont repris par Sylvia Pinel.

Sylvia Pinel récupère le flambeau de Cécile Duflot

L'ancienne ministre déléguée à l'artisanat, au commerce et au tourisme est désormais notre ministre de l'égalité territoriale et du logement. Sylvia Pinel a la lourde tâche de succéder à Cécile Duflot à la tête du Plan de Rénovation Énergétique de l'Habitat (PREH). L'objectif est d'atteindre les 500.000 rénovations de logements par an d'ici à 2017, une diminution de 38 % des consommations d'énergie dans le bâtiment d'ici à 2020 et la réduction de la précarité énergétique. La rénovation énergétique est sans nul doute le secteur qui promet le plus de résultats positifs parmi les objectifs qu'entretenait Cécile Duflot.

La précédente ministre a bien mâché le travail de sa remplaçante: grâce aux moyens mis en place en amont, ce plan a permis de rediriger plus de 1.2 milliard d'euros en aides budgétaires ou fiscales vers les foyers les plus limités financièrement.

Vers une transition énergétique

Le PREH, entré en vigueur avec Cécile Duflot, souligne la nécessité d'une transition énergétique. Il s'agit de remplacer les énergies non renouvelables que l'on exploite massivement par un bouquet énergétique composé de ressources renouvelables: les énergies fossiles et nucléaires seront substituées. Donc, ce plan va contribuer à réduire notre surproduction et notre surconsommation pour économiser plus d'énergie et pour avoir une meilleure efficacité énergétique.Le but est de rénover les habitations avec des produits à faible consommation énergétique.

Qui profite de la transition énergétique ?

Le chantier pharaonique que représentent les 500.000 rénovations de logements par an d'ici à 2017 comporte des enjeux de taille. Les impacts positifs sur la population française sont peu négligeables:

• Les ménages: la transition énergétique vient contribuer à la réduction de la précarité énergétique dont souffrent 8 millions de français. Leur consommation d'énergie sera minimisée, donc leurs factures annuelles vont diminuer. Les ménages français les plus modestes seront satisfaits de l'augmentation de leur pouvoir d'achat et du confort de l'habitat après rénovation.

• Les chômeurs: la quantité astronomique des rénovations nécessite la création de dizaines de milliers d'emplois dans le secteur du bâtiment, d'après le gouvernement. Les entreprises favorisants les produits de basse consommation vont devoir former des nouveaux ouvriers spécialisés. Le taux de chômage va diminuer, cet objectif de rénovation remplit des fonctions essentielles.

• Les entreprises: Des entreprises respectueuses de l'environnement qui privilégient les énergies renouvelables seront très sollicitées pour leurs produits. Les professionnels au centre de l'action seront ceux qui proposent des produits à faible consommation d'énergie, voire nulle, tels que des systèmes de chauffage intelligents (voir article), des isolations thermiques ultra performantes, des matériaux recyclés, végétals et naturels, etc.… bref, tout ce qui nécessite peu ou pas d'énergie.

Proposé par GDAgency
Le 04/03/2014